Mois : novembre 2022

29.11.22

Un seul être vous plante et tout est repeuplé.

A mesure que mes télomères raccourcissent et que diminue naturellement mon stock d’ovocytes – diminution déjà bien engagée grâce à Dieu et la Société d’exploitation industrielle des tabacs et des allumettes –, la population mondiale, elle, ne cesse d’augmenter : aux dernières nouvelles, ça y est, nous serions 8 milliards ici-bas à régner en maître, soit un milliard de plus qu’il y a douze ans. Puissé-je échapper à cette entreprise de pullulation massive !

Douze ans, c’est l’âge que j’avais quand j’ai commencé à écrire et, dès lors, me reproduire – mais sans jamais, pour ma part, aller au-delà des huit cents exemplaires. Imaginez sinon, le nombre de souches à nourrir !

28.11.22

Il paraît que c’est encore le dernier jour du Black Friday mais à présent, le Monday gris.

« Dépêchez-vous ! Dernière chance d’acheter votre planche de salut prête-à-suspendre tout jugement. Trois options disponibles : bois massif, plastique souple ou bien inoxydable. L’offre est flash jusqu’à midi. L’utilisation, optimale. La découpe, précise. Les bords, eux, repliables. Si commode, le déversement des solutions… Vous n’êtes pas prêts. »

C’est un vendredi noir comme les autres jours de la semaine, pense la jeune recrue des pompes funèbres préposée au café. — Un double espresso, et plus vite que ça ! Mais qui veut-on doublement réveiller ici ?

Et Miss Météo, d’annoncer la couleur – un peu fade : demain nous perdrons trois minutes de jour encore. C’est d’autant de secondes alors que je me lèverai avant lui, juste le temps de jouer à 1, 2, 3, Soleil et puis bayer aux corneilles. Décidément, je ne suis pas prête à me dépêcher.


26.11.22

Ses poignets sont si fins, c’est vrai, qu’on pourrait y glisser une bague comme à la patte des oiseaux
Mais voilà, il manque de souffle, tout étranglé par son jabot
Muet allait rester l’appeau

Badigeonnés d’huiles et de glaires, tartinés de pâtes et chewing-gums
hyperlaxes, glacés de sucs édulcorés, nappés à l’envi
de substances dégueulasses 
saccharine, saccharose 
malt et mélasse
les bancs du parc, pareils aux branches malignes, feront l’affaire sinon de parfaits gluaux

Elle finira bien par s’y poser, se reposer peut-être
elle aussi casser la graine, enfin son bec s’il le faut
Et lui, oubliant le piège, oubliant la mue, s’assiéra de même
Il s’agira d’une longue pause alors, autrement un nid

La voilà tout étalée sur sa poitrine, d’ailleurs elle s’y prélasse
l’histoire finira bien – pourrait bien finir alors
à bout portant
et à son oreille il glisserait une blague pas si mauvaise,
à la botte désormais des rouges-gorges déployés




24.11.22

Le cendrier déborde, c’est un gribouillis d’enfant. Il faut dire que je fume comme un pompier, dans toutes les pièces de l’appartement, mais c’est sans danger : l’alarme incendie est depuis longtemps à plat. Sur la liste de courses, les piles font AAA.

Lui met le feu aux poudres — non plus à mes joues, voilà l’affaire. Ainsi brûle le torchon ; et puis la nappe, le chemin de table, la montagne de coussins, les tapis, l’édredon, du ciel de lit jusqu’à la fleur de douche, en somme tout le linge de maison.

Finalement, la guerre s’essouffle à mesure que s’enflamment les rideaux occultants. Ah ! enfin, on y voit plus clair !

22.11.22

C’est décidé, j’arrête l’aquabike et me lance corps et âme dans la lutte sur pieuvre. Très populaire aux États-Unis dans les années 60, elle n’attendait que mon infatigable poigne pour revenir tout de go sur le devant de la scène.

Les règles sont simples : d’abord, trouver une étendue d’eau salée et une combinaison néoprène. Ensuite, il suffit de savoir nager dans une eau assez peu profonde (si vous croisez un poisson abyssal, remontez immédiatement : vous êtes allé trop loin), retenir sa respiration le plus longtemps possible et ouvrir grand les yeux (un seul si vous souffrez de strabisme, sans quoi vous risqueriez, à l’instar de votre œil, de partir sur une mauvaise piste). Ne reste plus qu’à dénicher alors le céphalopode, l’arracher de son habitat naturel, le remonter de force à la surface et, dans un dernier effort, se dégager des tentacules — ce que j’ai toujours fait, en somme, avec ma tête et mes pieds, ainsi que d’autres mollusques moins vivaces. J’ai donc la prétention, oui, de remporter bientôt plusieurs victoires olympiques : c’est qu’il me faut des résultats rapides, sinon l’encre sèche.

Le prête-plume a les mains sales, lui fis-je remarquer, comme le stylo fuit entre ses doigts depuis la première incise.

20.11.22

Quand j’entends dire que je suis barge, j’entends déjà bruire au large. Et puis je m’interroge : fait-on là référence au bateau à fond plat, utilisé pour le transport fluvial à l’instar des péniches, ou à cet élégant oiseau échassier qui peut parcourir jusqu’à 13 000 kilomètres sans escale ?

Reste qu’il est bel et bien question de voyage ! Et d’agiter mon mouchoir alors, le cœur en fête, puisque je ne suis plus la berge, mais bel et bien sur le départ.

16.11.22

la Terre est bleue comme un kaki à chair astringente
quand je pense à toutes les perles
que j’enfile

chambre 301
je fais le tour du monde
depuis un lit au carré

le réveil percera la lune
pleine comme d’autres
cloques au pied

l’amour la poésie
petit cairn
à mon chevet
tsundoku
disent les japonais

quand je pense à tous les rêves
que j’empile
l’aube se passe autour du cou un collier de vitres teintées



15.11.22

Pôle Emploi et L’Institut de Formation du Vélo me proposent ce jour de devenir Mécanicien Cycles. Cette Préparation Opérationnelle à l’Emploi Collective me semble un peu capillotractée. Par le passé, j’ai pourtant déjà spécifié que je ne savais pas plus faire de vélo que recoudre un bouton ! Le suivi personnalisé n’est vraiment plus ce qu’il était du temps des filatures.

Trois spécialités sont au choix : Tandem, Aquabike ou Petites roues arrière.

Franchement, j’hésite encore… Pour l’instant, c’est vrai, je préférerais ne pas travailler autrement que sur les rotules, à l’ombre d’un paon étayé d’une béquille ; écrire quelque cycle romanesque où les images rayonnent sans gilet fluorescent et que puissent revenir les personnages en un seul morceau !

12.11.22

Une larme
de Chartreuse
verte comme
tout est vert par ici
le Vieillissement, lui ?
Exceptionnellement
Prolongé
mens V.I.P.
in corpore V.E.P.

Retour dans la cuvette grenobloise. Les bulles du téléphérique n’ont pas bougé d’un pouce ; encore se suivent sur leur câble comme les points de la serrure garantissant par cinq un verrouillage optimal. Plus aucune chance d’effraction. (Et zut.)

J’ai toujours un train de retard ; ça n’en reste pas moins un moyen de transport. Rétrospectivement, s’entend.

Un passant crie au téléphone : « Je vais les éclater sur la tête de ma mère ! » (S’il pense bien aux mêmes bulles que moi, et que sa petite mère a la tête plus solide que ses nerfs, j’ai peut-être enfin trouvé le complice idéal, sinon la perle la moins oxydée de cet écrin de montagnes.)