le syndrome de la terrasse — 4

Tu ne fais l’impasse sur aucun détour, retrouves sans peine les artères transversales, les petites rues perpendiculaires, les circuits tordus d’autrefois. Ta foulée insouciante redevient parcours stratégique ; l’errance somnambule, une marche alerte. Tu arpentes un monde parallèle qui n’a guère plus de centre : pas d’autre choix que de prendre la tangente. Changer d’apparence, prendre…

Continuer la lecture

le syndrome de la terrasse — 3

On te déroule le tapis rouge, c’est-à-dire un paillasson plutôt large. Aussi as-tu l’impression de rendre visite à une jolie fille qui, malgré quelques réticences tangibles, apprécie que tu la courtises. Si tu ne dois passer la porte, tu peux en revanche séjourner un temps sur le seuil où tu montreras tout ton attachement, aussi…

Continuer la lecture

le syndrome de la terrasse — 2

Si l’intérieur reste inaccessible comme le moucheron dans le verre, du moins pourras-tu frôler ce qui dépasse : l’aile droite de la terrasse. Aussi, en tendant bien le bras et sans décoller les fesses du plastique de ton siège, tu toucheras du doigt le rétroviseur d’une voiture garée de travers, à moitié sur le trottoir, et…

Continuer la lecture

le syndrome de la terrasse — 1

Ça y est. On a sonné l’hallali des livreurs et des plateaux-télé. Depuis ta cabane, tu entends les rideaux se lever, les chaises qu’on traîne sur le sol, l’hystérie du percolateur. Retirer tes pieds de la table basse du salon, les glisser sous la table du restaurant, il n’y a plus qu’un pas. Que tu…

Continuer la lecture