269

Le soleil ne savait plus où donner de la tête et, par malice ou bien désespoir, tapait sur celles des passants bigarrés et épars — casquette jaune, capeline rose, crâne blanc ou bien rougi, béret beige, cheveux bleus, mauves, verts ou gris… Sur cette espèce de xylophone grandeur nature, l’été frappait le rythme avec langueur….

Continuer la lecture

268

Je ne savais pas que le martinet, une fois quitté le nid, ne se posait jamais plus sur terre, sauf par accident ou pour se reproduire. On le dit apus apus : sans pied. Il dort, boit, s’alimente, passe donc l’essentiel de sa vie en vol. Il fend l’air et jamais ne l’abîme. L’homme foule le sol,…

Continuer la lecture