263

La rue est noire comme un ongle prêt à tomber. Il est environ deux heures du matin. À cette heure-là, les personnes que l’on croise sont à fuir ou à sauver. Je porte sous un assez long manteau de laine un vieux pyjama, sale et distendu. Je ne devrais pas être dehors. En plus, je…

Continuer la lecture

262

Je ne sais pas combien de cheveux par jour je perds ; et ce qui m’ennuie le plus n’est pas tant la preuve indéniable d’une carence mère que de la retrouver à même le sol. Cet irrépressible besoin alors de l’aspirer.

Continuer la lecture