236

Je ne sais pourquoi l’écrivain prend si souvent le risque de se relire. Il doit aimer se faire du mal, se croit incapable d’être, d’avoir bien fait. L’écrivain a autant de nombrils que de regrets. Toujours hanté par son perfectionnisme, il tombe forcément sur quelques coquilles, dont les amandons, amers et inaccessibles, font entendre leur…

Continuer la lecture

235

Je ne sais pas si ce taureau a consciemment voulu se donner la mort ou si, paniqué, il n’a tout simplement pas vu ce sur quoi il s’élançait. Je constate seulement, l’aura dans l’arène. La scène se déroule début août, à Foios, en Espagne. L’impatience se fait sauvage, on s’agite dans les gradins, comme des…

Continuer la lecture