222

Je ne sais comment redescendre des faîtes de No-Elle. Pardonnez ce franglais : la Tour de Ma Belle, un hiver, s’est effondrée. Douloureuse est la parole quand les lèvres à ce point sont gercées, à l’instar de la terre sur laquelle les langues et ta voix, lourdement, sont tombées. Reste l’œcuménique espéranto qui, j’ose le penser,…

Continuer la lecture

221

Je ne sais pourquoi j’ai été licencié, se dit le littérateur, éberlué. J’avais pourtant, assidûment travaillé, un très bon mot d’excuse à présenter, quoique peut-être un peu long : tout un roman.

Continuer la lecture