183

Il ne savait pas la retenir, ce qui la mettait en rogne, au point de revenir d’elle-même, pour le lui dire. Se rendait-elle compte, seulement, qu’elle ravivait bien moins la flamme que l’affront ? Elle se désertait pour un chameau, qui s’hydratait dans son dos.

Continuer la lecture

181

Je ne sais strictement plus quoi dire à mon psy. On se regarde en chiens de faïence, et je reste de marbre face à ses silences soi-disant thérapeutiques. J’en suis fort désappointée puisque, d’un commun accord, nous nous étions tous deux promis le transfert. Je le paie, il m’écoute, je lui fais payer le fait…

Continuer la lecture

180

Je ne savais pas comment appeler mon nouveau compagnon à quatre pattes, adopté la veille. Après des litres de thé, sirotés sans même m’en rendre compte tant infusaient simultanément de multiples hypothèses dans mon esprit-samovar, je dus, logiquement, aller vider ma vessie, et attester une fois encore du potentiel émulateur d’une pièce d’à peine deux…

Continuer la lecture

179

Je ne savais pas qu’il existait, depuis peu, une application téléphonique proposant à l’utilisateur de visualiser, en quelques minutes seulement, le meilleur lieu environnant pour piquer un somme à ciel ouvert – bancs, maisons ou jardins abandonnés, berges que j’espère sans ados exécrables, coins d’herbe que j’imagine sans excréments canins, etc. – et, accessoirement, se…

Continuer la lecture

178

Je ne sais pas ce que j’ai. Combien de fois, déjà, a-t-on entendu cette larmoyante affirmation ? Les hommes parlent sans réfléchir, et se trompent de relative : ce qu’ils ont, ils peuvent aisément en faire une liste, plus ou moins longue selon leur classe sociale, leur chance au jeu, ou leur degré d’accumulation, de…

Continuer la lecture

177

Je ne sais après combien de jours passés sans se doucher l’eau qui s’écoule par la bonde d’évacuation devient noire, ou suffisamment terreuse pour en boucher la canalisation. J’avoue que je suis tentée par l’expérimentation, tant je reste frustrée que le savon, malgré toute ma panoplie de gants exfoliants, ne parvienne à laver la salissure…

Continuer la lecture

176

On sait que l’on a fait le mauvais choix quand l’autre – rétrospectivement, le bon – nous regarde, la mine défaite. Finalement, en comparaison, le mauvais choix fait meilleure figure ; il passerait presque pour le bon.

Continuer la lecture