62

Je ne savais pas qu’il existait depuis peu des « agences d’alibis » vers lesquelles se tournent les conjoints infidèles ayant, de toute évidence, encore moins d’imagination que d’argent à perdre. Ces créateurs d’excuses se targuent de faciliter la vie de l’adultère en palliant son cruel manque d’inventivité, mais le privent, finalement, de la moitié du plaisir en donnant…

Continuer la lecture

61

Je ne savais pas que mon voisin avait un chat (noir) qui n’attendait que la venue du beau temps (et l’accès à son modeste strapontin) pour enjamber le rebord de la fenêtre et prendre un bain avec Phébus. Longtemps, à la fenêtre, j’espérais que l’héliotrope animal tournât vers moi ses yeux tournesols et que je pusse,…

Continuer la lecture

60

Je ne savais pas que le salaire désignait à l’origine la solde accordée au soldat pour acheter sa ration de sel. Aujourd’hui, les médias, pris de névrose orthorexique, et rediffusant à chaque journal télévisé une piètre adaptation du film de Clouzot, nous serinent soir et matin d’en consommer moins afin d’être épargné par l’hypertension, la rétention…

Continuer la lecture

59

Je ne savais pas qu’à la fin du dix-neuvième siècle, écrit noir sur blanc dans la section « Savoir-vivre » du Mémento Larousse, était accordée à ceux qui avaient perdu un parent une période de deuil de dix-huit mois – ni plus ni moins le temps d’enfanter deux prématurés afin de rééquilibrer le nombre d’humains sur le…

Continuer la lecture

57

Je ne savais pas qu’une centrale nucléaire nécessitait, pour être construite, de douze millions de tonnes de sable ; sable volé à la mer qui gagne alors du terrain plutôt que des touristes, s’étire et s’étend comme un chat au réveil, reprend ses droits à défaut de recouvrer ses fruits et ses châteaux.

Continuer la lecture

56

Je ne savais pas qu’il allait désormais être interdit de faire sécher son linge aux fenêtres de Béziers, pratique pourtant ancestrale, mais que le récent maire Robert Ménard juge inesthétique et nuisible au pittoresque de la ville (on aurait pourtant espérer d’un homme politique qui, par définition, lave si souvent son linge sale en public, un peu…

Continuer la lecture

54

Je ne savais pas que la  progestérone et l’œstradiol – noms relativement barbares – étaient responsables de l’apparition de ces moelleux coussinets graisseux aux endroits jugés propices du corps féminin, âgé de tout juste treize ans ; et ce, au moment même où les hormones du jeune pré-pubère commencent à se réveiller. La concordance n’est-elle point parfaite ?…

Continuer la lecture

53

Je ne savais pas qu’Odette et Swann utilisaient l’expression « faire cattleya » pour imager le rapport sexuel, en référence à ces orchidées mauves que, si souvent, à sa toilette, Odette portait. Et dire que certains hommes, la fleur toujours au fusil, ne pensent qu’au bouquet final, faisant fi de l’égrènement des pétales !

Continuer la lecture

52

Je ne savais plus combien il était agréable de se lever en même temps que le soleil, le corps porté du lit à la cuisine par l’odeur du café, répandue dans l’air et jusqu’aux narines grâce au colocataire plus matinal. La perspective d’être accueillie par les premiers rayons, bercée par l’eau rare du silence après…

Continuer la lecture

51

Je ne savais pas que cet homme au loin – qui marchait dans ma direction, sans parapluie sous l’averse de grêle, le corps légèrement incliné sur sa gauche, et qui luttait contre le vent, visiblement friand de sa cigarette que j’imaginais sans filtre, tout en remontant un pantalon devenu trop grand pour lui, tandis que…

Continuer la lecture

49

Je ne savais pas qu’un met « façon Rossini » associait, dans le même plat, truffe et foie gras, les deux péchés mignons du compositeur italien qui serait aussi à l’origine du mot tournedos : son maître d’hôtel, en effet, aurait jugé si surprenant de cuisiner le bœuf de cette façon qu’il préférât servir le plat « dans le dos »…

Continuer la lecture

48

Je ne savais pas que s’était ouverte il y a un an, à San Antonio (au Texas), une « BiblioTech » ne contenant aucun livre papier, mais, uniquement, une centaine de tablettes à disposition du e-lecteur pouvant se connecter à un vaste réseau d’ouvrages virtuels. En bref, un columbarium où se nichent des livres sans ailes ; et leurs nids telles…

Continuer la lecture

47

Je ne savais pas que les Indiens pouvaient publiquement changer d’identité, dès qu’ils  le souhaitaient, lorsqu’ils estimaient avoir passé une étape de leur vie – une étape les ayant trop profondément changés pour ne pas de se détacher d’une peau qui avait déjà mué.

Continuer la lecture

46

Je ne savais pas que toute la sensibilité des escargots se concentrait dans leurs antennes, qui se terminent par de petits yeux. J’ai connu des enfants qui les leur arrachaient, leur faisant perdre, du même coup, et la vue et la sensibilité, mais ces petits êtres visqueux réduits, par leurs soins, à de la morve…

Continuer la lecture

44

Je ne savais pas que le Pandémonium, apparu en 1667 sous la plume de John Milton dans Le Paradis perdu, était la capitale de l’Enfer, mais, surtout, synonyme de désordre. On pourrait en déduire que l’ordre se rapporte au Paradis ; on notera, pourtant, que les cellules et les chambres des hôpitaux sont toujours très bien rangées, et décorées…

Continuer la lecture

43

Je ne savais pas qu’une secrétaire médicale pouvait assister différents praticiens. Ainsi cette dame, ne quittant jamais sa tasse de thé fumant (et, si j’en juge l’odeur, certainement fumé), doit me considérer, au mieux comme une malade d’hypocondrie, au pire comme une hypocondriaque malade – reste à savoir de quoi –, puisque c’est elle qui…

Continuer la lecture