24.11.22

Le cendrier déborde, c’est un gribouillis d’enfant. Il faut dire que je fume comme un pompier, dans toutes les pièces de l’appartement, mais c’est sans danger : l’alarme incendie est depuis longtemps à plat. Sur la liste de courses, les piles font AAA.

Lui met le feu aux poudres — non plus à mes joues, voilà l’affaire. Ainsi brûle le torchon ; et puis la nappe, le chemin de table, la montagne de coussins, les tapis, l’édredon, du ciel de lit jusqu’à la fleur de douche, en somme tout le linge de maison.

Finalement, la guerre s’essouffle à mesure que s’enflamment les rideaux occultants. Ah ! enfin, on y voit plus clair !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.