13.09.22

Le sang de l’agneau jamais n’atteint la blanche Colombe qui volète, l’infidèle, d’un petit producteur à l’autre, à la recherche de quelques baies : Mademoiselle a la bouche en cul-de-poule, mais le bec sucré. C’est bien la peine, d’être artisan boucher !

Tapi derrière un rideau de jésus et de chipos, il se demande encore comment attirer son attention, elle qui n’a d’yeux que pour les graines et les noyaux. Lui aussi, bon sang, lui aussi il a de la fraise ! de la fraise de veau ! Égrenant un collier de saucisses en guise de chapelet, il remâche sa future réplique mais une fois de plus, perd tous ses moyens – autant de clients affamés, que récupère le poissonnier.

— Il manque à votre teint blanc-manger un coulis de fruits rouges, voilà ce qu’il lui dirait s’il faisait des entremets plutôt que l’andouille avec son fusil à aiguiser.
A chaque phalange une poupée, mais la seule qu’il se plairait à décoiffer lui file entre les doigts comme un lambeau de crépine.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.