02.05.21

D’aucuns pensent à tort que je ne suis qu’idées noires. Ce que je raconte serait si sombre que seuls d’émérites nyctalopes pourraient s’y plonger sans risquer de se cogner aux majuscules, tomber dans les marges ou se prendre les pieds dans la racine pendante d’une longue plainte minuscule. Sans tambour ni trompette, j’écris pourtant des histoires si drôles que je ris à m’en fendre l’âme ! Regardez plutôt !

À l’hôpital, savez-vous donc où sont passées les ombres ? — Elles se sont fait porter pâles !
Et pendant que vous rirez à gorge déployée, je vous ferai avaler un peu de culture générale. Le scialytique – à ne pas confondre avec la sciatique pour laquelle je vous souhaite bien du courage – est un éclairage étudié pour détruire toutes les ombres et permettre ainsi au visiteur de se familiariser avec les limbes. En effet, il projette un faisceau lumineux à lui seul capable de dissiper le moindre doute : vous êtes au bloc opératoire, sinon en mauvaise posture.

Toujours est-il que je ne me livre guère à l’humour noir, mais pour en avoir la preuve, encore faudrait-il me laisser le temps de dépeindre tout le comique de la situation. Si je suis rompue au sarcasme, j’ai d’abord le sens de l’humour pâle. Celui qui rit nerveusement à chaque fois qu’il aperçoit, sous la peau diaphane, tout cet entrelacs de teintes chaudes et froides. Naturellement je fréquente l’humour blanc comme les chambres où l’on soigne, ne manque pas non plus d’humour gris qui est la couleur des gens que j’y croise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.