03.04.21

« Range ton antichambre ! » ordonnent désormais les parents télétravailleurs aux enfants qui rêvent de maison buissonnière, et gribouillent par habitude une spirale indélébile sur le coin de la porte d’entrée, parfois dans les marges du dernier avis d’échéance.

On a fait du chemin. Aussi les restrictions sont-elles bien plus souples aujourd’hui que par le passé mais, bon sang, rien n’assouplit le cuir si raide de ces splendides chaussures bien perchées qui, à force de piétiner dans leur boîte d’origine jusqu’à donner des haut-le-cœur au couvercle, se font toutes seules des ampoules !

Je tiens le manche de la serpillière comme le mât d’un radeau. C’est-à-dire que je l’ai passée machinalement tout autour de moi, et me voilà bloquée en plein milieu de la pièce ! À égale distance (disons trois enjambées) de ce livre qui m’attend à plat ventre sur le canapé et de ma tasse de thé qui s’est empressée de refroidir. Pas un courant d’air pour accélérer ma délivrance (les fenêtres, bien sûr, j’ai oublié de les ouvrir).
Je reste donc sur le carreau – le seul encore sale.

On est tous dans le même bateau : on attend que s’assèche le cours des choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.