07.11.20

Il est désormais obligatoire pour les éleveurs, dans les zones concernées, de confiner les hommes ou de poser des filets pour empêcher tout contact avec les Sauvages, et ainsi limiter les risques de contagion. Par ailleurs, les rassemblements d’hommes vivant encore sont interdits, en particulier sur les marchés – exception faite, toutefois, pour les lâchers de marmaille imberbe en terrain scolaire.

Les attroupements d’hommes presque morts restent tolérés dans le strict respect des règles sanitaires, et toujours en privilégiant les grands espaces ventilés. Disposant d’une capacité d’accueil inégalée à ce jour, les déserts seront réquisitionnés, donnant ainsi lieu à la mutation des mirages.

Enfin, nous assistons depuis quelques jours à un beau témoignage de solidarité : poulardes, pintades, oies et autres volailles se sont également enfermées à triple tour (ce qui est un tour de plus que d’habitude). Gavées de compassion à n’en plus pouvoir, elles se proposent d’adoucir la crise en participant activement à l’effort de guerre sanitaire. Dès lors, tout le poulailler s’engage à ne pas sauver sa peau avant d’avoir sauvé Noël.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.