189

Je sais combien je suis instable, un sol versatile, une anguille. Tu t’en accommodes fort bien, me semble-t-il. Il suffit de te regarder, grand gaillard aux pattes solides, marchant vers, puis sur moi, avec la précision d’une pendule ; et tu fanfaronnes, muni de tes béquilles invisibles, qui cognent sur nos chevilles, tandis que tu me déshabilles, acceptant, le temps d’un vertige, de mes reins, la bascule.