144

Je ne sais pas (toujours pas) comment me délivrer du mazout lacrymal qui m’amalgame ; je n’ai plus d’autre source d’énergie que celle qui m’engloutit. Encore un an vole sans ailes, pardi.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.